SUBORDONNÉE CIRCONSTANCIELLE DE CAUSE,

DE CONSÉQUENCE ET DE BUT

1 LA SUBORDONNÉE CIRCONSTANCIELLE DE CAUSE
La subordonnée circonstancielle de cause indique la raison pour laquelle s’accomplit l’action

Le poisson rouge est mort parce qu’on a oublié de le nourrir.

Subordonnants : comme, du moment que, d’autant plus que, parce que, puisque, sous prétexte
que, etc.
Mode : indicatif ou conditionnel

Comme il est malade, il ne s’est pas présenté à l’examen. L’élève est absent parce qu’il aurait la grippe.


NOTE. – Lorsque plusieurs subordonnées circonstancielles sont coordonnées ou juxtaposées,
le subordonnant de cause peut être repris par que.

Nous amorcions nos lignes avec de la mie de pain parce que les vers nous dégoûtaient

et que nous craignions de nous salir. (André Gide)

2 LA SUBORDONNÉE CIRCONSTANCIELLE DE CONSÉQUENCE
La conséquence marque le résultat atteint, l’effet obtenu :

Ma soeur est si timide qu’elle bégaye en parlant.

Subordonnants : au point que, de sorte que, de façon que, si bien que, etc.
Mode : indicatif ou conditionnel

L’incendie s’est vite propagé, de sorte qu’on a dû évacuer tous les appartements.

Ce film a eu beaucoup de succès de sorte qu’on devrait le voir ici le plus tôt possible.


• La conséquence est liée à un degré d’intensité portant sur le verbe.
Subordonnants : tant… que, tellement… que, à un tel point que, etc.
Elle mange tant qu’elle tombe malade.

• La conséquence est liée à un degré d’intensité portant sur le nom.
Subordonnants : tant… que, un tel… que, une telle… que
Il fait un tel froid qu’on devrait rester à la maison.

• La conséquence est liée à un degré d’intensité portant sur l’adjectif ou l’adverbe.
Subordonnants : si… que, tant… que, tellement… que
Elle est tellement amoureuse qu’elle n’a pas remarqué l’agressivité de son ami.

NOTE. – La subordonnée circonstancielle de conséquence n’est pas déplaçable.

3 LA SUBORDONNÉE CIRCONSTANCIELLE DE BUT

La subordonnée marque le but à atteindre. La réalisation de l’action reste incertaine :
Subordonnants : afin que, de crainte que, de peur que, de façon, de manière, pour que,
etc.
Mode : subjonctif

De peur que les bêtes ne lui échappent, il se hâte de les mettre à mort. (J. de

Pesquidoux)

NOTES
– Avec les subordonnants de peur que, de crainte que, dans la crainte que, on peut ajouter
parfois le ne explétif.

Il n’ose pas partir de crainte qu’elle ne vienne pendant ce temps.

– Lorsque plusieurs subordonnées circonstancielles sont coordonnées ou juxtaposées,
le subordonnant de but peut être repris par que.

Je poussai la pièce [volée] bien loin sous la pendule pour qu’on ne la vît pas et

qu’on la crût perdue. (A. Daudet)